Le Rite en Italie

|Le Rite en Italie

Le 30 mai 1900, Ferdinando Francesco Degli Oddi est reconnu Grand Hiérophante des Souverains Sanctuaires d’Italie, des États Unis, d’Angleterre, d’Irlande, de Roumanie, d’Espagne et d’Égypte du Rite de Memphis. Un conflit naît à l’intérieur du Grand Orient d’Égypte et Oddi démissionne.

John Yarker se considère alors comme nouveau Grand Hiérophante mondial de Memphis et de Misraïm. Cette auto proclamation ne fut pas entérinée par l’Égypte et en 1903 Oddi transmet ses titres de Grand Hiérophante et Grand Maître à Idris Bey Raghed. Ce dernier assume ses fonctions sur l’Égypte et le proche Orient Arabe jusqu’en 1930 sans contact avec les autres Souverains Sanctuaires de Memphis.

Puis en 1906, le Rite est mis en sommeil.

Ce n’est qu’en 1921 que le Rite de Memphis est réveillé à Palerme par trois Grands Patriarches Grands Conservateurs : Giuseppe Sullirao, Giovanni Sottile et Reginald Gambier Mac Bean qui devient Grand Maître Général pour l’Italie et ses dépendances et Grand Hiérophante.

Le 23 novembre 1923, Marco Egidio Allegri reçoit une patente de Reginald Gambier Mac Bean par laquelle il devenait Grand Conservateur à vie du Rite de Memphis de Palerme et Chef du Temple Mystique pour les régions de Vénétie et de Lombardie. En 1923, il devient aussi Grand Conservateur « ad vitam » du Rite de Misraïm de Venise. En 1925, le Rite est mis en sommeil car le régime fasciste italien dissout la Franc-maçonnerie, mais les travaux se poursuivent dans la clandestinité avec pour couverture une association, la « Societa Marinade Poseidonia ». Allegri est emprisonné en 1930 puis relâché.

Allegri rédige durant la deuxième guerre mondiale les rituels des trois premiers degrés. Il reprend plusieurs grades alchimiques du Baron de Tchoudy pour les Loges masculines et reprend les Rituels de Cagliostro en les adaptant pour les loges féminines.

En 1945, une fois la guerre terminée, Marco Egidio Allegri rouvre les travaux « au grand jour » à Venise tout d’abord, puis dans toute l’Italie ensuite. Il prend des contacts avec les survivances en Allemagne et en Autriche. Bien entendu, il ne peut rien faire en Europe Orientale à cause du joug soviétique. Il regroupe les différents Ordres et Rites Philosophiques et Initiatiques sous le nom de « Souverain Grand Sanctuaire Adriatique » le 16 mai 1945. Ce Sanctuaire est la suite de l’ancien Souverain Sanctuaire d’Italie, bâti par le Frère Egidio Frosini à Florence, en 1908.

C’est sous l’égide de Marco Egidio Allegri que le Souverain Grand Sanctuaire Adriatique des Rites de Misraïm et de Memphis, donne naissance à l’Ancien et Primitif Rite Oriental de Misraïm et de Memphis qui s’articule en 95 degrés. Allegri ouvrit aussi le Souverain Grand Sanctuaire (Superum), le Souverain Temple Mystique, le Sublime Consistoire des degrés 30-90 et le Chapitre des Orphées. Le 10 mars 1949, Marco Edigio Allegri entre à l’hôpital pour une intervention chirurgicale… le même jour, il rédige et signe le testament en faveur d’Ottavio Ulderico Zasio. Le 14 Octobre 1949 Allegri subira une seconde intervention et meurt à l’hôpital de Crespano des Grappa (Trévise). Ainsi le Comte Ottavio Ulderico Zasio lui succédera par succession testamentaire et mit en sommeil les chambres inférieures (du 1er au 30e Degré).

Sous la direction du Souverain Grand Sanctuaire Adriatique, Zazio maintient en activité la Grande Loge mère « Osiris », le chapitre des Orphées, le Consistoire « Nerfertum », le Tribunal des Défenseurs du Rite et le Temple Mystique. Le 31 mai 1965, Zasio rédige et signe un testament en faveur de Gastone Ventura.

À la mort de Zasio, le 5 janvier 1966, Gastone Ventura (29 octobre 1906 – 28 juillet 1981), Chevalier de l’Ordre de Malte, lui succède. Ventura fut nommé officiellement le 16 janvier 1966. À cette époque, les membres du Souverain Grand Sanctuaire Adriatique étaient recrutés parmi les Maîtres du « Droit Humain ». Le 28 novembre 1971, Ventura réunit le Souverain Grand Sanctuaire Adriatique dans le temple de Boulogne et programme le réveil du Rite dans toutes les chambres, y compris les loges d’apprentis, compagnons et maîtres. Gastone Ventura meurt le 28 juillet 1981, transmettant par testament établi le 21 décembre 1977, la Grande Hiérophanie à Sébastiano Caracciolo. Ainsi Sébastiano Caracciolo devient Grand Hièrophante le 26 septembre 1981 et le maintien en activité du SGSA en Italie mais aussi dans d’autres pays européens, en particulier en France. Il décède le 4 avril 2013 et c’est Roberto Randellini qui désormais assume sa succession.

Mais tout ne s’est pas passé aussi sereinement en Italie. Il faut préciser que l’Ordre Maçonnique des Rites de Memphis et Misraïm a toujours été intimement lié, en Italie particulièrement, avec le Martinisme. Gastone Ventura assumait la charge de Grand Maître de L’Ordre Martiniste Universel, en ligne directe avec la filiation Papus, et le Grand Maître adjoint était Francesco Brunelli (Nebo). Ce dernier avait été élevé au 95e degré du Rite de Memphis Misraïm par Ventura et il paraissait logique qu’il hérite de ses charges. Mais de profondes divergences éloignaient le Grand Maître et le Grand Maître Adjoint et les échos de ces incompréhensions sont clairement et amplement perceptibles dans les livres que ces deux personnes, qui étaient sans aucun doute les deux principaux représentants du Martinisme italien de ces années-là, écrivirent afin de soutenir leurs conceptions respectives de la pratique du Martinisme. Le 31 octobre 1971, sept Initiateurs Martinistes qui ne se reconnaissaient plus dans la ligne du Grand Maître Gastone Ventura, se réunirent à Rome pour fonder l’Ordre Martiniste de Langue Italique, lequel, par rapport à la structure mère se distinguait par l’impulsion majeure donnée aux pratiques magico-théurgique de Robert Ambelain, de pure inspiration martinéziste, sans pour cela s’éloigner de la ligne dévotionnelle de saint Martin. En fait, ils prenaient leur distance avec Ventura accusé de tenir l’Ordre sous la ligne de Papus qui n’avait rien d’opératif mais basé surtout sur la spéculation philosophique et métaphysique. Ils élurent à l’unanimité Luigi Furlotti Grand Maître et Francesco Brunelli Grand Maître adjoint. Le procès-verbal élaboré à cette occasion ne laissait aucune équivoque, en voici un extrait : « à l’unanimité, les présents décident, afin de continuer l’activité si florissante du Martinisme italien, de constituer, par acte décisionnel, l’Ordre Martiniste de langue Italique comme section nationale italienne du Martinisme Universel dans la plus étroite et rigide observance de la Tradition Martiniste comme elle fut transmise par les Maîtres Passés, dont le premier d’entre eux fut Louis Claude de Saint Martin, c’est-à-dire dans tous ses aspects (Martinéziste, Willermoziste, Martiniste) et d’une manière ouverte et fraternelle envers tous les Martinistes du monde dans toutes ses applications et ses dérivations ainsi que les alliances traditionnelles comme l’Ordre Cabaliste Rose+Croix, le Grand Prieuré des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte, l’Ordre des Chevaliers Maçons Elus Cohen et l’Église Gnostique Apostolique Universelle ».

Ainsi le « divorce » entre Ventura et Brunelli était consommé et allait avoir une évidente répercussion sur la Franc-maçonnerie avec l’exclusion de Brunelli de l’Ordre Martiniste Universel mais aussi du Souverain Grand Sanctuaire Adriatique. Le prétexte évoqué le 30 novembre 1971 pour être « rayé du livre d’or » du SGSA, était qu’en date du 1er juillet 1967, une Patente avait été délivrée par Ventura à Brunelli pour constituer dans le Latium un Consistoire Régional (qui n’est qu’une chambre non souveraine) et que cette Patente n’avait jamais abouti à la création d’un Consistoire. On la lui réclama et il semble que Brunelli ne l’ait jamais rendue à Ventura, d’où la réaction de ce dernier.

Brunelli allait poursuivre ses activités martinistes au sein de l’OMI (Ordre Martiniste Initiatique) que Robert Ambelain dirigeait en France ainsi que ses activités maçonniques en dehors de celles de Gastone Ventura qui l’avait élevé aux plus hauts Degrés du Rite de Memphis Misraïm bien avant leurs litiges : 94e Degré le 15 août 1962 puis 95e Degré le 13 octobre 1964.

Gastone Ventura resta toujours éloigné du Souverain Sanctuaire International dirigé par Robert Ambelain puis par Gérard Kloppel : il n’a jamais adhéré, estimant que la clause de ses règlements spécifiant que le Grand Maître Mondial devait être francophone et résider à Paris n’était pas fondée, de plus il interprétait l’adhésion à ce Souverain Sanctuaire International comme une ingérence dans les affaires de l’Ordre en Italie. Il faut également noter que le Rite en France et en Italie avait de sérieuses différences dans leurs bases, notamment les rituels. Ventura décède le 28 juillet 1981 en laissant un testament (daté du 21 décembre 1977) en faveur de Sebastiano Caracciolo qui lui succédera à la tête du SGSA jusqu’à son dernier soupir qu’il rendra le 4 avril 2013. C’est alors Roberto Randellini qui assumera officiellement à partir du 15 juin 2013 la charge de Grand Maître du Souverain Grand Sanctuaire Adriatique.

Ainsi Brunelli devint un « dissident » martiniste et franc-maçon vis-à-vis de Gastone Ventura comme cela s’est souvent observé dans l’évolution des différents rites, ce qui le rapprocha de Robert Ambelain qui voulait compter l’Italie parmi les membres du Souverain Sanctuaire International. C’est alors que le 12 juin 1964 Ambelain, Grand Maître Mondial du Rite, établit des liens de « garant d’amitié » avec Brunelli pour, le 14 novembre 1973 lui conférer les fonctions de « Délégué Général du Rite » pour l’Italie. Le 22 novembre de cette même année la Loge « Les Fils d’Horus » du Grand Orient d’Italie de Pérouse, adopte par une décision unanime, le rite de Memphis Misraïm pour les trois premiers Degrés. Puis le 15 décembre 1973, Francesco Brunelli, en qualité de Grand Maître, confère les trois premiers Degrés du Rite à 15 membres du Grand Orient d’Italie, lançant ainsi les activités de la lignée Ambelain en Italie.

Brunelli confère à Giancarlo Seri la charge de « Grand Secrétaire Chancelier ». Ce dernier viendra à Paris le 15 novembre 1981 pour recevoir les initiations, en même temps que Gérard Kloppel (en jumeau comme il est de coutume de le préciser dans le monde maçonnique), aux 66, 90 et 95e Degrés du Rite de Memphis Misraïm. Il est promu le 28 mars 1982 « Substitut Grand Maître » par Brunelli qui, gravement malade, lui transmettra en date du 2 avril 1982 la charge de Souverain Grand Maître Grand Commandeur de l’Ancien et Primitif Rite de Memphis et Misraïm « ad vitam », dénomination du Rite en Italie. Comme il était attendu, Brunelli décède le 19 août 1982 et le 14 novembre 1982 Robert Ambelain reconnaît officiellement Giancarlo Seri comme Souverain Grand Maître Grand Commandeur pour l’Italie. Des accords successifs conduisent Giancarlo à faire reconnaître son Rite par le Grand Orient d’Italie dit de « Palazzo Giustiniani ». C’est ainsi que le Rite travaillera au sein du Grand Orient d’Italie au Rite Écossais Rectifié pour les trois premiers Degrés et reprendra ses spécificités à partir du 4e Degré. Il faut noter ici que les « Hauts Grades » pratiqués dans les « Chambres Rituelles » sont différents par leurs titres et même leurs rituels de ceux pratiqués par « la Grande Loge Française de Memphis Misraïm » de Robert Ambelain et sont ceux pratiqués par Francesco Brunelli.

Le Rite en France

Le Docteur Gérard Encausse, alias Papus, fondateur de « l’Ordre martiniste » et adversaire du Grand Orient de France, s’intéressait de très près à la tradition maçonnique ésotérique. Après avoir sans succès demandé son admission à [...]